actualites esthetique
adresse docteur dubois

Cabinet de médecine et
esthétique du Dr Dubois

2 square Lafayette
49000 Angers
Tel : 02.41.25.26.35
Fax : 02.41.25.26.43

Courriel :
cabinet@laser-medical-esthetique.fr

Adresse du cabinet de médecine esthétique à Angers Contactez-nous

Les techniques de comblement des rides ont progressé de 13% en 2010.

Les rides ont du souci à se faire. Les produits de comblements ou d'effacement de ces traits redoutés des quadragénaires et de leurs aînés ont à nouveau la cote. Après deux ans de repli, le marché de l'esthétique a retrouvé en 2010 une croissance supérieure à 10%, annonce l'observatoire de l'Imcas, un congrès européen qui réunit vendredi à Paris les professionnels du secteur. Le chiffre d'affaires mondial de la médecine et de la chirurgie esthétique a atteint 3,5 milliards d'euros (5 milliards de dollars), contre 3 milliards en 2009.

Cette activité, qui inclut, au-delà du traitement des rides, les prothèses mammaires, la cosmétique active (peelings) et les équipements à base d'énergie (lasers, ultrasons…) devrait continuer à progresser de 11% par an jusqu'en 2014. Comme prévu, souligne l'Imcas, c'est la médecine esthétique (effacement et comblement des rides, laser, etc.) qui porte la croissance. Même si la chirurgie (implants mammaires, liposuccions…), plus invasive, retrouve, avec une progression de 8%, son niveau de 2008.

Les produits de comblement (acide hyaluronique, etc.), utilisés surtout pour le pourtour de la bouche, ont très bien résisté, avec une croissance de 13% en 2010 et un chiffre d'affaires mondial de 520 millions d'euros. La croissance a été particulièrement marquée dans l'Hexagone, avec un chiffre d'affaires de 25 millions d'euros, en hausse de 20%.

Recul des implants mammaires en France

La toxine botulique, spécialisée dans l'effacement des plis situés entre les yeux et sur le front ou des pattes d'oie, progresse moins mais garde la première place dans la lutte contre les rides avec un chiffre d'affaires global de 570 millions d'euros. Le marché européen de ce traitement, encore «jeune» et à la traîne par rapport aux États-Unis (50% du marché mondial), devrait rattraper en partie son retard, avec une croissance annuelle de 25% d'ici à 2014, prévoit l'Imcas.

Il sera aidé par l'installation de nouveaux acteurs internationaux sur ce marché, prêts à rivaliser avec le célèbre Botox d'Allergan. C'est le cas du suisse Galderma, filiale de L'Oréal et de Nestlé, qui a lancé il y a deux ans Azzalure, et du laboratoire allemand Merz, qui commercialise le Bocouture. Le marché de la cosmétique active (peelings, etc.) devrait rester faible sur le Vieux Continent. Ce qui n'empêchera pas l'ensemble des techniques douces, de plus en plus efficaces et sécurisées, de continuer à avoir le vent en poupe, estime l'Imcas.

L'esthétique chirurgicale est pourtant loin d'être abandonnée puisqu'elle a crû de 8% l'an dernier. Mais elle pâtit, en Europe notamment, de «la tendance au naturel», qui impose de plus en plus de «restituer et maintenir chez les patients une beauté non stéréotypée, sans vouloir être jeune à tout prix», expliquent le docteur Benjamin Asher et Laurent Brones, de l'Imcas. Les prothèses mammaires, première intervention de chirurgie esthétique dans le monde (21% des actes), n'ont ainsi progressé que de 4% l'an dernier de ce côté-ci de l'Atlantique. En France, elles ont même reculé de 4%.

Source :
Le Figaro, 07 janvier 2011, Armelle Bohineust,

http://www.lefigaro.fr/societes/2011/01/06/04015-20110106ARTFIG00803-fin-de-crise-pour-le-marche-mondial-de-l-esthetique.php